ESAS LÁGRIMAS SON POCAS

Les images de cette installation ont été tournées lors d’un casting d’enfants hispanophones n’ayant pas ou peu connu leur pays d’origine. Chaque enfant y interprète deux chansons de son choix, emblématiques de l’histoire des larmes dans la culture latino-américaine. à travers un dispositif en miroir convoquant deux esthétiques différentes, l’artificialité du sentiment est mis à jour dans un clin d’oeil aux enfants stars des sixtie


notes

Dans les années 60, les pays hispanophones ont vu des enfants stars devenir leurs nouvelles icônes. Ce phénomène a reçu un franc succès auprès des communautés d’immigrés, touchées par ces enfants qui reprennent le folklore de leur pays. On pourrait penser à Joselito, dont la carrière l’a conduit dans toute l’Europe; ou encore Marisol, enfant star du flamenco. Une fois les premiers succès passés, nombreux sont ceux qui sont tombés dans l’oubli.
Parmi eux, une figure a retenu mon attention. Il s’agit de Quetcy Alma, baptisée la Lloroncita (littéralement la petite pleureuse), une enfant porto-ricaine issue d’une famille d’immigrés aux Etats-Unis. Elle a commencé sa carrière à l’âge de sept ans, poussée par ses parents. Puis durant une douzaine d’années, elle a su toucher de sa voix profonde tout le continent américain. La clé de son succès réside dans son incroyable capacité à pleurer sur commande. Ainsi à chaque apparition publique, ses joues ruisselaient de larmes. Le public était à ses pieds. En très peu de temps, ce talent est devenu son fond de commerce, jusqu’à ce qu’elle décide à sa majorité de mettre brutalement fin à sa carrière.

Dans la lignée de cette tradition, j’ai organisé un casting adressé aux enfants issus de familles hispanophones vivant en France, durant lequel je propose à chaque candidat d’interpréter des chansons traditionnelles de leur pays, en poussant l’émotion à son paroxysme. Ce casting s’est déroulé en deux temps, autour de deux chansons choisies par les enfants : la première est interprétée assez spontanément, filmée d’une manière assez neutre. La seconde est clairement mise en scène, les enfants apparaîssent maquillés, habillés dans des vêtements d’une autre époque, filmés dans une lumière proche du Technicolor des années 60. 

Bien qu’au premier abord, il semblerait que je cherche un jeune talent, dont l’émotion bouleverserait le public, je me suis plutôt concentré sur les failles que provoquent ce dispositif. Passer un casting est souvent vecteur de stress et chanter sans accompagnement n’est pas un exercice facile. Le fait d’orienter leur interprétation vers l’émotion et les larmes me permettait de révéler en eux une part de fragilité. Et pourtant face à ces demandes précises, ils étaient les seuls à détenir la matière même de l’œuvre. Ils pouvaient à tout moment renverser ce rapport de force et jouer avec la caméra, tels de grands tragédiens. Bien que cette installation-vidéo soit un clin d’oeil appuyé à l’âge d’or des comédies musicales hispanophones, c’est aussi un regard sur la période actuelle où l’on voit surgir sur la toile des milliers de vidéos d’enfants reprenant des standards musicaux, faisant la fierté de leurs parents. Les castings aussi sont devenus des éléments familiers du paysage médiatique. Pour preuve le succès planétaire des télé-crochets comme la Nouvelle Star ou The Voice. Cette dernière a d’ailleurs lancé une nouvelle édition spécialement dédiée aux enfants chanteurs, The Voice Kids. Le public court toujours après les performances. Plus l’interprète est ému, plus la foule se déchaîne. Alors que dire d’un enfant qui chante au bord des larmes ? Comment juger impartialement sa performance ?

Dans l’installation-vidéo, le dispositif du casting n’est pas immédiatement identifiable par le spectateur. L’équipe de tournage, tout comme le matériel technique, n’apparaît pas à l’image et aucune de leurs interventions n’est gardé au montage. Pourtant une hésitation ou un regard hors-champ peuvent trahir le dispositif. Cela est particulièrement vrai lorsque les enfants attendent en silence et se préparent à chanter. Ils prennent soudainement un air grave, l’oeil brillant, tentant d’incarner au mieux le désespoir de leur personnage. L’ensemble de ces maladresses me permettent de mettre à jour l’artificialité de l’émotion, de révéler les coulisses, de déconstruire la magie du cinéma.
Cette installation-vidéo est également née d’un fort intérêt pour les musiques traditionnelles des pays hispanophones. C’était pour moi l’occasion de faire un point sur l’héritage musical des enfants issus de familles immigrées. Je suis toujours très curieux de voir quels morceaux ont traversés les générations. Le répertoire latino-américain est particulièrement marqué par la nostalgie et le déracinement. Est-ce un sentiment encore intelligible pour un enfant n’ayant jamais connu son pays d’origine ? Peut-il encore aujourd’hui être porteur de cet héritage identitaire ?


crédits


Installation vidéo réalisée à l’occasion des expositions Coplas populares − ¡Adentro! et ¡Giro final! aux centres d’art image/imatge à Orthez et l’Atelier Estienne à Pont-Scorff.

interprètes                         Lila Olivares
                                          Aziouiz Ouamer
                                          Tatiana Avila

réalisation                          Nino Laisné
chef opérateur                   Julien Guillery
assistant opérateur            Thibault Solinhac
ingénieur son                     Nicolas Joly
régisseur                            Simon Poëtte
photographe de plateau    Magali Pomier
directrice de casting          Cécile Druet

montage image                  Maud Ramier
étalonnage                         Jay Leroy
mixage                               Matthieu Autin

production                         Chambre 415.
avec le soutien de             image/imatge         
                                          Atelier Estienne 
en partenariat avec           Casa Argentina de Paris

durée                                 12 min
format de tournage           Full HD
pays de production           France
année de production         2015


crédits musicaux

Caramba  (O. Galindez)
Sabor a mí  (Á. Carrillo)
interprétés par Lila Olivares

Cruel condena  (F. Cabrejos Bermejo)
Payaso  (S. Díaz Hernández)
interprétés par Aziouiz Ouamer

Nostalgias (E. Cadícamo /J. C. Cobián)
Angelitos Negros  (A. Blanco / M. Á. Maciste)
interprétés par Tatiana Avila



collection Frac Nouvelle-Aquitaine


extraits vidéos



expositions

2017        ¡Viva Villa! | exposition collective, Cité Internationale des Arts, Paris, France

2017        Paysages en scène | exposition collective, Opéra national de Bordeaux et Frac Aquitaine, Bordeaux, France

2015        Coplas Populares – ¡Giro final!  | exposition monographique, Atelier Estienne, centre d’art, Pont-Scorff, France

2015        Coplas Populares – ¡Adentro! | exposition monographique, centre d’art image/imatge, Orthez, France





© Nino Laisné